Foire aux questions

Selon le Code Civil du Québec, les personnes de 14 ans et plus ont le droit de décider seules si elles souhaitent consulter et recevoir des services (consultation ou évaluation), même sans l’autorisation de leurs parents.

Toutefois pour un jeune de 13 ans et moins, ce sont les parents de celui-ci qui doivent donner leur autorisation à une consultation une évaluation ou un traitement dans tous les domaines sociaux. Il est important de noter que dans cette situation, le père et la mère exercent conjointement l’autorité parentale, et en toute égalité. Les deux parents doivent donc être informés de la démarche et les deux doivent y consentir avant le début des rencontres.

En cas d’annulation nous vous demandons de prévenir le professionnel concerné, soit par courriel ou par téléphone, 24 heures à l’avance.

Des frais de 50$ seront exigés si vous êtes absent et n’avez pas informé le professionnel concerné, 24 heures à l’avance. Le montant total sera facturé au dossier dans le cas d’une rencontre manquées sans préavis.

Non. Une référence médicale n’est pas une obligation pour profiter de nos services, peu importe lesquels.

Toutefois, si votre médecin vous a préparé un document (type prescription ou autre), vous pouvez l’apporter et nous en ferons une photocopie que nous garderons au dossier.

Pour utiliser les services des professionnels de CINAPSE, vous n’avez qu’à nous contacter et nous vous offrirons un rendez-vous en fonction de vos disponibilités et des nôtres.

Au plaisir de vous rencontrer!

Oui. Pour toute consultation, vous recevrez un reçu que vous pourrez remettre à vos assurances ou qui pourra servir pour vos impôts en fin d’année.

Par contre, il est important de savoir que nous ne pourrons pas produire un reçu au nom d’une autre personne que celle ayant bénéficié des services lors de la consultation (ex: reçu au nom des parents au lieu de l’enfant, ou au nom de la sœur ou du frère du client). Ce type de transgression constituerait une fraude.

La dérogation est une procédure d’exception qui permet à un enfant de débuter sa scolarisation un an plus tôt que prévu. En effet, au Québec, le Régime pédagogique de l’enseignement primaire précise que, pour entrer en maternelle, l’enfant doit atteindre l’âge de cinq (5) ans entre le 1er octobre de l’année précédant son entrée à l’école et le 30 septembre de l’année de son entrée scolaire.

Toutefois, l’application stricte de ce règlement pourrait nuire à certains enfants qui présentent un niveau de développement supérieur à la moyenne et qui se montreraient aptes à commencer l’école plus rapidement. Conséquemment, le ministère de l’Éducation du Québec a mis en place une disposition dérogatoire permettant à ces enfants de commencer leur scolarisation une année plus tôt que l’âge prévu par la loi.

Pour obtenir cette dérogation, le parent qui le désire peut rencontrer un psychologue qui procèdera à une évaluation du niveau de développement de son enfant. L’évaluation vise premièrement à déterminer si l’enfant se démarque nettement de la moyenne des autres enfants de son âge sur les plans intellectuel, social, affectif et psychomoteur. Si l’enfant se démarque clairement à tous ces niveaux, le psychologue doit ensuite démontrer qu’un préjudice grave serait causé à cet enfant si on ne devançait pas son admission à l’école.

Si, et seulement si, toutes ces conditions sont respectées, le psychologue peut alors recommander une dérogation pour l’enfant en question.

Les dates limites pour le processus de dérogation varient selon les commissions scolaires, mais de façon générale, les établissements scolaires demandent de recevoir les rapports psychologiques à la fin du printemps ou début de l’été pour faire l’inscription du nouvel élève à leur école.

* Informations tirées des « Lignes directrices pour l’évaluation d’un enfant en vue d’une demande de dérogation à l’âge d’admission à l’école », publiées par l’Ordre des Psychologues du Québec en mai 2006.

La recherche du mieux-être commence par un rêve
et avec votre aide, nous fixerons les jalons pour y arriver.